• Talk Post partum

    ★ Atelier Post-partum non-mixte 

    Possibilité de s'inscrire juste pour 1 atelier même si la participation au parcours entier est recommandée.

    Afin de cibler au mieux l’accompagnement comme les soins postnataux dont les jeunes mamans ont besoin et établir un lien de confiance, Zina Hamazoui et Simona Soledad les réunissent pour parler des regards posés sur ces corps qui viennent d'accomplir un acte de bravoure merveilleux. Celui de mettre au monde. 

    Comment cet acte est-il « jugé » par notre société de l'image ? Par les femmes elles-mêmes ? Par les hommes ? Comment faire en sorte que cette phase post-partum ne soit pas un autre défi à surmonter seule ? Ce moment d'échange est nécessaire afin de pouvoir partager les inquiétudes et rassurer les nouvelles mamans sur le retour à la maison avec leur bébé.

    Depuis 2016, les séjours à la maternité sont écourtés pour les mamans dont l’accouchement et le post-partum immédiat se sont bien déroulés.  Cela implique la sous-estimation, la banalisation d’une phase de transition qui reste extrêmement délicate. Les réels besoins des jeunes mamans (ou les défis quotidiens auxquelles elles sont confrontées) ne sont pas toujours pris en compte ni traités de la bonne manière .

    Beaucoup de femmes ressentent aujourd’hui que leur prise en charge après l’accouchement n’est pas adéquate.

    L’accouchement est un moment unique, riche en émotions, en efforts physiques et intense en bouleversements psychologiques. C’est lors de cette phase que le suivi doit se préparer. Il faut briser les tabous, continuer de libérer la parole, comme on le voit de plus en plus. Le post-partum est une période compliquée où il est important d’être informée, soutenue et entourée afin qu’elle se déroule au mieux.

    Ce dont nous avons besoin pour pouvoir répondre aux besoins de notre société, c'est d'enquêter et d'agir en amont ces conduites, au stade précoce, avant que les conséquences ne commencent à se manifester.

    Le workshop a comme but de normaliser leurs expériences, de susciter une conversation positive et d'aider les mamans à se sentir confiantes.

    Participer

Intervenant(e)s

Simona Soledad

Artiviste, danseuse, chorégraphe community organizer.

Elle est la fondatrice de No-Body is wrong. Elle a fait du voyage un mode de vie, qui, presque à son insu s'est installé comme un art de vivre. Ses voyages sont horizontaux à travers les espaces, verticaux à travers l'histoire et culturels entre les communautés.

Elle observe tout : les situations, les traces historiques, les paysages, les croyances limitantes, les attitudes, les signes culturels, les craintes, les non-dits, les gens, les pas de deux et les pas de côté. Sa démarche c'est à la fois un style et une méthode.

Zina Hamzaoui

sexologue/sage femme et fondatrice de l’association Co-naissance 

La sage-femme fait partie des praticiens de l’art de guérir. Elle a suivi un baccalauréat en 4 ans et continue de se former tout au long de sa carrière afin d’offrir des soins de qualité.

Elle travaille en équipe et collabore avec d’autres professionnels de santé : gynécologues, pédiatres, médecins généralistes, TMS de l’ONE, kinésithérapeutes, psychologues…

Maxime

Maxime est infirmier et vit à Arcachon.

Après avoir voyagé pendant 7 ans sur ses voiliers en mer des caraïbes, il se pose auprès de sa fille sur la côte Atlantique.

Au travers d'une relation amoureuse, la question de la contraception masculine thermique se pose. Seul hic : comment obtenir un slip chauffant sans aller à Toulouse consulter le Docteur Mieusset qui est le seul à s'occuper de cette méthode en France ? Il conçoit alors un nouveau dispositif (qui repose sur le même principe) pour faire face aux manques de moyens de pratiquer la remontée testiculaire : l'Androswitch.

Il s'agit d'un anneau qui est en quelque sorte la version moderne du slip chauffant.

Qui sommes-nous ?

Nous nous engageons pour un monde inclusif où tous les corps sont respectés et célébrés dans leur diversité. Parce qu’un regard violent enferme physiquement, No-Body Is Wrong contribue à soulager la souffrance des corps maltraités par le regard de la société et à dénoncer ces réalités par la création d’espaces d’échange et d’expression corporelle.

Ils en parlent mieux que nous

  • img intervenante
    Je suis persuadée que la beauté d’un corps en mouvement ne passe pas par sa conformité aux standards de beauté auxquelles la société nous a habituées. Au contraire je crois que la danse doit ouvrir sur une free-zone ou on permet aux corps d’exister dans leur plénitude, avec leur défauts. Il faut commencer à normaliser d'autres formes d’autre corps!” Simona Soledad
  • img intervenante
    La violence est une conduite qui peut prendre la forme d’actes, de mots ou d’omissions selon le niveau de civilisation (la place de la femme ou de l'imaginaire amoureux) du pays auquel on se réfère.
 La manière dans laquelle la femme est traitée dans le couple est un énorme indicateur du degré de développement d'un pays.
  • img intervenante
    Le manque de soins et d'attention de la part de notre société vis à vis des corps trans, queer, non-binaire est aujourd'hui quelque chose qui nous questionne beaucoup. Corps trans, corps queer, si les itinéraires de vie sont singuliers et pluriels, toutes ces personnes paient le prix fort pour vivre pleinement leur véritable identité : rejet, violences, harcèlement... Comment tout ça s'inscrit dans leur corps? Comment guider ces corps dans ce délicat processus de ré-appropriation? Comment les accompagner au mieux dans les différentes transitions?

Notre éthique

Dans une dynamique de déconstruction des rapports sociaux entre les sexes, il semble primordial pour No-Body is Wrong de travailler avec toutes les personnes en désaccord avec les idéaux de représentation du corps dans l’espace public. C’est en cela que l’association s’inscrit dans un projet de “genre” et non uniquement un projet de “femmes”.

En savoir plus

Partenaires