• Qui sommes-nous ?

    Notre mission

    Assurer l'inclusivité - Nous comprenons, acceptons et valorisons les différences entre toutes les personnes. 

     

    Lutter contre les discriminations - En conséquence, nous avons une politique de tolérance zéro à l’égard de tout type de discrimination, harcèlement et violence (psychologique et physique) qui pourrait survenir dans le cadre de nos activités. 

     

    Agir avec honnêteté et intégrité - Dans tout ce que nous faisons, nous visons à agir honnêtement et équitablement dans nos relations avec toutes les parties prenantes.

     

    Multidisciplinarité - Nous sommes convaincus de l’intérêt de collaborer avec des professionnels de tout horizons qui peuvent apporter une expertise professionnelle bénéfique à nos projets. 

     

    Complémentarité - Nous portons une attention particulière pour intégrer l’ensemble des activités de No-Body is Wrong au sein des dynamiques existantes pour les compléter et les enrichir en évitant toute duplication.

     

    Ancrage local enrichi par des approches comparées multiculturelles - Nous profitons de projets déjà réalisés dans d’autres contextes, d’autres pays, ainsi que des recherches et analyses existantes pour renforcer la pertinence de nos actions.  

     

     

    Notre public 

    Dans une dynamique de déconstruction des rapports sociaux entre les sexes. Il est primordial pour No-Body is Wrong de travailler avec toutes les projets et personnes qui remettent en question la représentation du corps dans l’espace public. C’est en cela que l’association s’inscrit dans un projet de “genre” et non uniquement un projet de “femmes”. 

     

    Nos axes principaux de travail

    No-Body is Wrong souhaite enraciner ses activités dans le tissu des dynamiques déjà existantes sur la thématique pour en assurer la pertinence. En ce sens, toutes les activités envisagées se construisent en coordination avec les dynamiques existantes pour venir les compléter et les enrichir. 

     

    1.  Processus d’empowerment individuel et collectifs dans un cadre sécurisant, professionnel et de confiance. 

     No-Body is Wrong souhaite en premier lieu comprendre et cibler les différents contextes dans lesquelles ces mécanismes d'exclusion et d'injustice se produisent pour pouvoir par la suite développer des projets personnalisés et pertinents pour chaque public en fonction de ses besoins. 

    Comment? 

    Au travers de trois formules:

    •  Workshops en groupe auprès des différents publics cibles.

    •  Coaching de groupe sur demande: lieux de travail, cadre associatif, interventions auprès d’institutions publiques.

    •  Coaching individuel.

     

    Si vous désirez vous inscrire, cliquer sur ce lien

     

         2.  Faire de la lutte contre les violences de genre une priorité partagée. 

    Ces violences spécifiques ne sont pas identifiées comme telles, et par conséquent, leur prise en considération et en charge ne sont pas appropriées. Au contraire, elles sont invisibilisées, normalisées à travers un processus de « naturalisation ». Dans ce sens, No-Body is Wrong souhaite développer et mettre en oeuvre un volet de sensibilisation et de plaidoyer pour soutenir les publics cibles, les victimes de ces violences afin d'agir auprès des autorités publiques et du grand public. 

    Comment? 

    • Création d’espace de débat: conférences, tables rondes, intervention dans des festivals,...

    • Création de productions écrites et matériels (ex: Toolkits), de réalisations vidéos et audios (notamment via notre plateforme, réseaux sociaux, podcast).

    • Création d’actions d’information et de sensibilisation auprès du grand public et des instances politiques. 

Intervenant(e)s

Simona Soledad

Artiviste, danseuse, chorégraphe community organizer.

Elle est la fondatrice de No-Body is wrong. Elle a fait du voyage un mode de vie, qui, presque à son insu s'est installé comme un art de vivre. Ses voyages sont horizontaux à travers les espaces, verticaux à travers l'histoire et culturels entre les communautés.

Elle observe tout : les situations, les traces historiques, les paysages, les croyances limitantes, les attitudes, les signes culturels, les craintes, les non-dits, les gens, les pas de deux et les pas de côté. Sa démarche c'est à la fois un style et une méthode.

Hanna Nas

Diplômée par Yoga Alliance à Global Vinyasa

Férue d’expérimentations pluridisciplinaires : elle fonde Fluxion3000. Une plateforme avec laquelle elle entend poursuivre ses recherches qui conjuguent pratiques physiques (à préciser) et différentes formes d’expressions artistiques.

Elle lance aussi les éditions Maison3000, comme support aux explorations et aux réflexions en lien avec la ré-appropriation des corps.

Lucile Sp

Peintre et enseignante.

Lucile Sp s'installe il y a 4 ans à Bruxelles après un master aux Beaux-Arts de Paris. Agrégée de l'enseignement des arts à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, elle utilise aujourd’hui ses compétences pour contextualiser, dans un cadre pédagogique, l’évolution des sociétés et les changements de mœurs.

Tout ce qui touche le développement personnel et la considération de l’autre sont des causes qui lui sont chères. L’ASBL « No-body is wrong » incarne pour elle les valeurs d’une société bienveillante, ouverte et active.

Ulrike Kool

Psychologue clinicienne

Ulrike est une Allemande venue à Bruxelles pour réaliser son rêve. Elle a étudié à la Vrije Universiteit Brussel en néerlandais et a rapidement été fascinée par la méthode d'approche systémique de No-body is wrong comme levier pour un changement durable.

Actuellement, Ulrike travaille comme psychologue à Tervuren où elle se concentre principalement sur les enfants et les adolescents. Elle travaille également en tant que responsable politique pour l'Association flamande des psychologues cliniciens.

Camille Henry

Juriste spécialisée en droit international, droits humains et plaidoyer.

Camille a travaillé plusieurs années dans des organisations non-gouvernementales en Tunisie et à l’international pour dénoncer les défaillances du système judiciaire et les différentes formes de violence étatique qui y sont liées. 

Camille utilise son expertise en matière de vulgarisation, sensibilisation et dénonciation pour questionner plus généralement les diverses formes de violences qui traversent nos sociétés. Aujourd’hui impliquée dans la coordination d’un réseau international d’écoles de cirque à vocation sociale, elle s’intéresse de plus en plus aux médiums artistiques comme vecteur positif de lutte contre les discriminations. 

Maxime

Maxime est infirmier et vit à Arcachon.

Après avoir voyagé pendant 7 ans sur ses voiliers en mer des caraïbes, il se pose auprès de sa fille sur la côte Atlantique.

Au travers d'une relation amoureuse, la question de la contraception masculine thermique se pose. Seul hic : comment obtenir un slip chauffant sans aller à Toulouse consulter le Docteur Mieusset qui est le seul à s'occuper de cette méthode en France ? Il conçoit alors un nouveau dispositif (qui repose sur le même principe) pour faire face aux manques de moyens de pratiquer la remontée testiculaire : l'Androswitch.

Il s'agit d'un anneau qui est en quelque sorte la version moderne du slip chauffant.

Mirte Bautmans

Étudiante passionnée par les enjeux de la societé.

Après avoir habitée à Ljubljana, Liège et Barcelona elle décide de rentrer chez elle en Belgique, dans sa ville natale avec son riche bagage d'expériences. Mirte amène avec elle ses études dans le social et le politique, avec un focus spécifique sur le phénomène de l'immigration.

Elle travaille actuellement sur son memoire qui traite le sujet de la migration Queer en Belgique.

 En écoutant les expériences des gens oppressé, Mirte aimerai remettre en discussion les inégalités liées à la perception du corps dans l'epsace public, ainsi que toute formes de discrimination liée au genre.

Ils en parlent mieux que nous

  • img intervenante
    Je suis persuadée que la beauté d’un corps en mouvement ne passe pas par sa conformité aux standards de beauté auxquelles la société nous a habituées. Au contraire je crois que la danse doit ouvrir sur une free-zone ou on permet aux corps d’exister dans leur plénitude, avec leur défauts. Il faut commencer à normaliser d'autres formes d’autre corps!” Simona Soledad
  • img intervenante
    La violence est une conduite qui peut prendre la forme d’actes, de mots ou d’omissions selon le niveau de civilisation (la place de la femme ou de l'imaginaire amoureux) du pays auquel on se réfère.
 La manière dans laquelle la femme est traitée dans le couple est un énorme indicateur du degré de développement d'un pays.
  • img intervenante
    Le manque de soins et d'attention de la part de notre société vis à vis des corps trans, queer, non-binaire est aujourd'hui quelque chose qui nous questionne beaucoup. Corps trans, corps queer, si les itinéraires de vie sont singuliers et pluriels, toutes ces personnes paient le prix fort pour vivre pleinement leur véritable identité : rejet, violences, harcèlement... Comment tout ça s'inscrit dans leur corps? Comment guider ces corps dans ce délicat processus de ré-appropriation? Comment les accompagner au mieux dans les différentes transitions?

Notre éthique

Dans une dynamique de déconstruction des rapports sociaux entre les sexes, il semble primordial pour No-Body is Wrong de travailler avec toutes les personnes en désaccord avec les idéaux de représentation du corps dans l’espace public. C’est en cela que l’association s’inscrit dans un projet de “genre” et non uniquement un projet de “femmes”.

En savoir plus

Partenaires